Retour sur le summerlab 2014

On 12 septembre 2014 by admin


On ne sait pas si c’est parce que pour PiNG c’était la dernière fois ou si tout simplement l’osmose était là, mais cette édition du summerlab 2014 a été comme le dîner, presque parfaite…

Elle est venue confirmer le fait que la réussite d’un summerlab repose sur la qualité de ses participants. Nous avons eu la chance d’avoir des gens ouverts, curieux, forces de propositions, respectueux, venus faire l’expérience de l’apprentissage croisé le temps d’un événement collaboratif. Dans le laboratoire atelier, enseignants, graphistes, artistes, bricoleurs, ingénieurs, jardiniers, éditeurs, designers, architectes, nomades, chercheurs (…) plus ou moins imprégnés par la culture numérique, se sont croisés et ont discuté, échangé, partagé, bricolé, joué ensemble le temps d’une semaine. Cette mixité (et presque parité) a été source de croisements riches : 23 ateliers, 9 discussions, 6 projections vidéos, 2 scènes ouvertes et 6 activités « bacs à sable » ont été mis en place.

Il nous aura fallu trois summerlabs pour atteindre l’un des objectifs fixé dès la première édition : faire se croiser et collaborer le temps d’une rencontre des gens issus d’univers et de cultures très différents mais partageant des questionnements communs sur la façon dont notre société fonctionne.  Peut-être fallait il cette temporalité pour faire connaître l’événement à des personnes plus éloignées de notre univers. Peut-être fallait-il lever des craintes face à ce format de rencontre un peu particulier. Il est fort à parier que la diversification de nos activités et le buzz des fablabs y soient pour quelque chose. Qu’importent les raisons, le résultat était là et l’ambiance aussi !

Au-delà de la qualité des participants, il fallait d’autres ingrédients pour que « la sauce prenne » (si nous osons poursuivre la métaphore culinaire) : un espace plus-que-modulable à disposition des summerlabistes, du café à profusion, un jeu pour faire connaissance, le plein de légumes le midi et des goûters « comme chez mamie » pour reprendre des forces. Enfin, s’il est un ingrédient indispensable à la réussite d’un summerlab, ce sont les soirées, à ne surtout pas oublier ou « négliger »! Les soirées de cette édition ont largement contribué à la magie de la rencontre et à l’osmose évoquée avant. Nous nous sommes retrouvés au sein d’îlots de verdure urbains, accueillis comme il se doit par nos hôtes (fertile et MIRE), pour écouter performances et présentations proposées par les participants, discuter, danser. De jolies parenthèses poétiques et sensibles.

Rester sur un succès ?

Comme vous l’aurez compris, plusieurs questions étaient en suspens pour PiNG lors de ce summerlab nantais. Est-ce la dernière édition ? Devons-nous poursuivre sur ce format ou en imaginer un nouveau ? Qu’attendent les participants ? Qu’est-ce qui est pertinent pour nous ?

A cette somme de questions complexes, nous n’avons pas de réponse simple à apporter.
…. nous souhaitons continuer à proposer des moments de croisement forts pour nos adhérents et nos réseaux. Fonction des années et de nos activités, ces moments prendront des formats différents, plus ou moins légers.  Nous n’excluons pas le fait d’organiser à nouveau un summerlab en 2016.
…. nous sommes ravis de voir que le format summerlab intéresse d’autres collectifs et qu’il pourrait voir le jour l’an prochain ici et là dans l’Hexagone, avec des colorations différentes selon les organisateurs et les participants. Ils pourront s’appuyer sur le floss manual produit cette année par les summerlabistes pour organiser leur rencontre. Le témoin est passé…
…. enfin, le summerlab ne se passe pas qu’à Nantes. Vous pouvez aussi y participer à Casablanca ou encore en Galice. Join the movement!