C’est quoi un summerlab ?

Un summerlab est une rencontre, un atelier coopératif temporaire, qui rassemble des personnes aux motivations diverses, aux croisements des disciplines (créateurs, chercheurs, activistes, entrepreneurs, artistes …), autour de thématiques (des nœuds) qu’ils interrogent ensemble. C’est un espace et un moment pour faire, penser, partager, coopérer, construit pour permettre la plus grande convivialité (gratuité, hospitalité, mixités, bienveillance, espaces libres, repas partagés, soirées, etc.). Les contenus sont proposés par les participants. La participation est gratuite sur inscription, sans critères de sélection.

Cette rencontre se construit autour de deux champs de valeurs issus des cultures libres et de l’auto-gestion favorisant l’apprentissage ouvert, les collaborations et les productions coopératives. C’est une manière de renouveler des espaces d’apprentissage et d’échanges, en particulier ceux de l’éducation populaire, au service de l’émancipation des individus et de la libre circulation des idées et des contenus dans une société en « régime numérique», c’est-à-dire considérant la technologie comme un milieu et non seulement comme un outil. C’est une alternative à l’apprentissage hiérarchisé et expertisé, à la consommation de formation, à la privatisation des idées …

Les participants se retrouvent chaque jour autour d’une assemblée générale durant laquelle ils sont invités à discuter les questions pratiques, partager des informations, proposer des ateliers. Autour de ces temps collectifs, chacun organise son travail, ses échanges, ses circulations entre les groupes et les espaces au fil de la journée. Souvent la convivialité passe aussi par les repas partagés, en accord avec les valeurs d’un summerlab (par exemple avec des produits locaux, ou de récupération, cuisinés collectivement, ou de manière douce, etc.). Des temps informels permettent de sortir de l’espace de l’atelier, comme des soirées festives dans divers lieux de la ville, avec parfois la contribution des participants eux-mêmes. La bonne gestion de ce type de rencontre s’appuie sur des outils partagés d’organisation, d’animation, de production, de facilitation de la participation et des échanges.

Le premier summerlab a eu lieu en août 2008 à LABoral Centre d’Art de Gijon, en Espagne. Cette rencontre est devenue de plus en plus populaire et, en 2012, différents summerlabs ont eu lieu dans des villes et villages le long de la côte Atlantique, de Nantes à Casablanca, en passant par le Pays Basque espagnol, la Galice et le Portugal. À Nantes, trois summerlabs ont été organisés par l’association PiNG, en 2012, 2013 et 2014 au sein de l’École d’Architecture.

Le summerlab doit très certainement sa popularité au fait que c’est davantage un espace pour créer, rechercher, qu’un festival ou un symposium ; une rencontre pour abaisser les barrières entre disciplines et approches, au service du développement des capacités de chacun, des projets et des idées .

Un summerlab n’a pas d’objectif de production. Son objectif : favoriser la rencontre et les croisements, placer l’humain au centre.